10 Novembre 2014

Rapport sur la situation financière : protéger l'excellente santé financière de Rosemère

  • Protéger l'excellente santé financière de Rosemère, malgré un contexte très contraignant.

La santé financière de la Ville de Rosemère demeure excellente, mais la mairesse, Mme Madeleine Leduc, a toutefois prévenu qu’en raison des imposantes  coupes successives de Québec dans ses transferts, le conseil municipal devra prendre des « décisions importantes, voire déchirantes », dans les prochains jours et les mois qui viennent.


La dette à la baisse

La dette nette à la charge de tous les contribuables rosemèrois s’élevait à 20 604 146 $ le 31 décembre dernier, soit une moyenne d’endettement de 0,86 $ par 100 $ d’évaluation foncière. Il s’agit d’une réduction significative comparativement à 2012, alors qu’elle atteignait 0,98 $ par 100 $ d’évaluation. La dette continue donc de diminuer. « Nous pouvons affirmer que notre situation financière est enviable comparativement à l’endettement moyen des autres villes de la MRC de Thérèse-De Blainville qui se situait à 2,82 $ par 100 $ d’évaluation au 31 décembre 2013 », a souligné Mme Leduc.

 

Principales réalisations 2014

Au chapitre des projets réalisés au cours du présent exercice financier, la mairesse de Rosemère a mentionné :

  • la réduction du taux de la taxe foncière résidentielle permettant aux contribuables de profiter, une fois de plus, du compte de taxes le plus bas de la MRC de Thérèse-De Blainville;
  • le suivi très rigoureux du plan financier quinquennal;
  • la mise en place du Cinéma pour les jeunes;
  • l’acquisition d’un piano public à la bibliothèque;
  • la mise en place d’un programme de collecte de fruits et de légumes provenant des jardins de citoyens de Rosemère pour Moisson Laurentides;
  • l’adoption d’un programme favorisant les initiatives familiales en matière d’environnement et de culture;
  • la réfection de la montée Lesage;
  • l’élaboration de plans directeurs en matière d’égouts pluviaux, d’aqueduc, d’égouts sanitaires et de chaussées, ainsi que pour l’aménagement du parc Charbonneau.

Des défis colossaux
La mairesse a décrit un contexte financier difficile, marqué par des défis colossaux. Elle a en outre mentionné :

 

  • la hausse majeure de près de 16 % des différentes quotes-parts et contributions sur lesquelles la Ville n’a aucun sinon très peu de contrôle;
  • la croissance des investissements dans les infrastructures en raison de critères plus exigeants du gouvernement provincial;
  • l’entrée en vigueur, le 1er janvier prochain, d’un nouveau rôle triennal d’évaluation foncière, comportant une augmentation moyenne des valeurs inscrites de 13,6 %. 

À cela, se sont ajoutées les coupes gouvernementales de 300 millions $ dans différents transferts aux municipalités dans le cadre du Pacte fiscal transitoire conclu secrètement avec l’UMQ. « Vous comprendrez notre colère d’avoir appris, quelques semaines avant l’adoption des prévisions budgétaires, que les dépenses de la Ville de Rosemère devront être augmentées de façon substantielle. La situation est d’autant plus déplorable qu’il est permis de s’interroger sur la nature des négociations entre l’UMQ et le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire », a déploré Mme Leduc. 

Elle a rappelé que les surplus accumulés représentent au Québec et à Rosemère à peine 7 % du budget annuel. « Nous avons toujours financé une grande partie de nos investissements grâce aux surplus annuels qui étaient le fruit d’une gestion serrée.  Nous le constatons maintenant, les coupes annoncées depuis l'an dernier par le gouvernement auront mis fin à ces périodes de riches surplus. » 

Les derniers mois n’ont décidément pas été faciles pour l’administration rosemèroise sur le plan de la confiance, comme cette décision de la Ville de Lorraine qui a choisi de s’allier à la Ville de Bois-des-Filion en matière de sécurité incendie. « Nous avions pourtant une entente de principe sur la base de la parole donnée et d’une franche poignée de main. Cette décision aura également des impacts financiers sur le prochain budget. » 

Maintenir le taux le plus bas
La Ville de Rosemère ne peut compter, comme certaines municipalités voisines, sur le développement pour générer de nouveaux revenus. « Face à la déresponsabilisation éhontée du gouvernement, notre Ville n'a plus les marges de manœuvre nécessaires, car depuis plusieurs années nous assurons une gestion serrée de ses finances. Malgré ces écueils, j’ai confiance qu’au terme de nos travaux, Rosemère aura encore le taux de taxation le plus bas dans la région et le 3e au Québec », a conclu Mme Madeleine Leduc.
 

-30-

Cliquez ici pour le Rapport sur la situation financière de novembre 2014. 

Source :
Ville de Rosemère

Renseignements :
Cabinet de la mairesse
450 621-3500, poste 1283

À surveiller

  • Élections 2017
  • Info Travaux
  • Compteurs d’eau
  • Participation citoyenne
  • Pattes de l’espoir