Animaux sauvages

Ne nourrissez pas les animaux sauvages

Les animaux sauvages se nourrissent eux-mêmes puisqu’ils trouvent dans les divers points d’eau des environs les conditions nécessaires à leur survie. Les divers nutriments qu’ils puisent dans la nature sont riches en protéines, vitamines et sels minéraux, et leur assurent un approvisionnement constant et équilibré.


Pourquoi ne pas nourrir les aNIMAUX sauvages ?

Les visiteurs ne doivent, en aucun temps, nourrir les animaux sauvages. En les alimentant, nous diminuons leurs capacités à rechercher de la nourriture, les incitons à dépendre de l’humain et compromettons leur instinct de survie face à leurs prédateurs.

D’autre part, nourrir les animaux sauvages peut les rendre malades, accroître la taille des portées et ainsi perturber l’équilibre naturel de l’espèce, ou encore, attirer les rongeurs aux abords de l’étang.

Tout compte fait, le meilleur geste que nous puissions poser pour préserver la santé de ces canards est de laisser la nature accomplir son travail. Ceci afin que la faune demeure sauvage et qu’elle tire sa nourriture et son gîte dans la nature.


Conséquences d’une surabondance de nourriture

Vous êtes encore nombreux à venir nourrir les canards et les bernaches du parc Charbonneau ! Mais puisqu’elles sont de plus en plus nombreuses sur les rives du parc, nous devons avoir recours à la buse de Harris pour les chasser et en réduire le nombre. En effet, leur présence en groupe menace la salubrité des installations sportives du parc. Les bernaches sont des oiseaux migrateurs de passage, laissez-les se reposer et repartir sans les nourrir afin de ne pas modifier leur équilibre naturel.

Un conseil pour les riverains : bonifiez la bande riveraine d’arbustes et d’arbres, afin de la rendre moins intéressante pour les bernaches qui recherchent un milieu ouvert avec de l’herbe courte. En plus de ne pas convenir à leur régime alimentaire et d’entraîner des carences, la surabondance de nourriture peut affecter leur comportement migratoire et engendrer une dégradation de leur habitat par le piétinement, le broutage et la surabondance d’excréments. Si vous aimez observer les oiseaux et les animaux sauvages, il est plus approprié de leur fournir, par le choix de plantes intéressantes, nourriture et gîtes naturels (viornes, amélanchiers, arbres, etc.) qu’ils pourront utiliser d’eux-mêmes.


Saviez-vous que ?

L’étang à canard situé dans le parc Charbonneau près de l’hôtel de Ville n’est pas en réalité destiné à cette fin. Il s’agit en réalité d’un bassin de rétention pour les eaux pluviales ayant pour but de limiter les apports importants d'eaux au réseau de la Ville. De cette façon, on évite qu’une trop grande quantité d’eau de pluie se rendre trop rapidement à la rivière pouvant faire un apport de pollution rapide et en même temps, on fait une gestion hydraulique pour éviter des refoulements ou des inondations pluviales.

Cet étang nécessite un entretien annuel consistant en un nettoyage complet de la membrane constituant le fond du bassin qui se fait au printemps par une compagnie spécialisée. Par la suite, l’entretien du petit barrage se fait par l’équipe des travaux publics. Lorsque ces étapes sont réalisées, le barrage est fermé et à ce moment, le bassin commence son remplissage naturellement lors des précipitations de pluie. Il se remplit donc naturellement selon les désirs de mère Nature.

Afin de rendre l’utile à l’agréable, au courant de la saison estivale, le bassin constitue un endroit propice pour la baignade des canards sauvages de la région.







À surveiller

  • Dossier de l'ancien golf
  • Déjeuner du maire - Dernière chance avant l'automne!
  • Forum sur l'environnement
  • #PartageLaRoute - Ralentis
  • Nouvelle plateforme d'inscriptions avec Voilà! Rosemère